Chorale ZAP' L D'AIR

Chorale ZAP' L D'AIR

Tout sur le chant diphonique mongol



Drapeau de la Mongolie


     Le chant     diphonique     mongol    


Pour celles et ceux qui sont venus à la fête des associations en septembre dernier le chant diphonique mongol signifiera sans doute quelque chose. En effet sur la scène se produisait un groupe musical/vocal mongol et leur chant a étonné plus d'un badeau.

Le chant diphonique est un chant qui se caractérise par l'émission de deux sons simultanément : l'un est appelé le son fondamental ou bourdon, l'autre est appelé le son harmonique. Le premier son est tenu à la même hauteur durant tout le chant, tandis que le second peut varier pour créer une mélodie. Du point de vue du son, on retrouve des similitudes avec une personne qui joue de la guimbarde : avec un son grave constant et une mélodie plus aiguë.
Cette technique nécessite un travail musculaire important: nez et abdomen servent de caisse de résonance pour produire différents octaves. La tradition veut que les femmes ne pratiquent pas ce chant car il engendrerait l'infertilité. Ce style vocal a été découvert au VIIIè siècle mais sa naissance ne peut être datée.

Les Tuva, l'un des peuples de Mongolie estiment que le chant diphonique est aussi vieux que la nature elle-même ; ils le comparent au langage du nouveau-né. On y retrouve les rythmes transcendants des shamans et parfois des instruments singuliers tels que le Doshpuluur (luth à deux cordes), le Igil (violon à deux cordes avec un corps en forme de trapèze) ou le Dambyra (sorte de hochet utilisé par les shamans).Les Tuvas, peuple en osmose avec la nature, attribuent à ce chant le pouvoir d'apaiser les souffrances de l'enfantement et de guérir la maladie.

Le chant diphonique ou voix de gorge est traditionnel en  Mongolie, en Mongolie intérieure (Chine), dans quelques provinces de l'ex-URSS, au Tibet, au Radjasthan (Inde) et en Afrique du sud (chez les Xhosas).




Pour tout savoir sur le chant diphonique rendez-vous sur ces 2 sites internet magnifiquement bien faits où vous verrez, entendrez et comprendrez le savoir-chanter des mongols.

Cliquez sur ce symbole de la Mongolie: la yourte
 





"À la claire fontaine" en voix de gorge ça vous dit ?
Pour écouter cliquez sur ces 2 gouttes!
  


Visionnez ici et ici
2 européens qui chantent en voix de gorge.
Ca a l'air facile ... entraînez-vous la glotte!

Et pour finir cliquez ici pour voir un homme chanter au sortir d'un lac la bouche remplie d'eau ...




  Discothèque 
 

 Okna Tsahan Zam
C'est du cœur de la Russie que Okna Tsahan Tzam tire toute sa musique. Sa voix déjà, avec une maîtrise totale du chant diphonique, son répertoire avec l'interprétation des grandes épopées kalmoukes et enfin son instrument ancestral, le tuupshur. Il contribue ainsi à revivifier la tradition orale du Djangar.
("A journey in the steppe" disponible à la médiathèque de Massy)




 Huun Huur Tu
Depuis 1996 Huun Huur Tu a sorti six albums, dont un live en 2001. En concert, quand leurs voix se dissocient, on peut ressentir toute l'intensité de cet instant où le soleil se couche sur la steppe, la lumière se fractionne et donne à la nature un nouveau visage, l'illuminant d'une intense beauté. Ce moment magique, les habitants de Tuva le nomment « Huun Huur Tu ».
(Un album disponible à la médiathèque de Massy)


(Cliquez sur la photo pour les voir lors d'un concert)


 Shu-De
La musique de Shu-De est née dans les steppes du Tuva, petit Etat voisin de la Mongolie. Les Tuvas, peuple en osmose avec la nature, attribuent à ce chant le pouvoir d'apaiser les souffrances de l'enfantement et de guérir la maladie. La musique de Shu-De est symbolique et envoûtante.
("Voices from the Distant Steppe" disponible à la médiathèque de Massy)







Pour en savoir plus sur la Mongolie...
 Cliquez sur l'image ci-dessous.








15/11/2006
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 83 autres membres