Chorale ZAP' L D'AIR

Chorale ZAP' L D'AIR

Tant que vivray


"TANT QUE VIVRAY"
 Musique de Claudin de sermisy sur un poème de Clément Marot.


Cliquer sur ces 2 beautés
"Renaissance" pour télécharger

                       
               Le texte illustré                            La partition
                                                             & les fichiers MIDI



Clément Marot
(1497-1544)

Cliquer sur le portrait
de Marot pour lire sa biographie.




(1490 ?-1562)
Cliquer sur le nom pour lire
la biographie du compositeur.




Texte original du poème "Tant que vivray"
Recueil: "L'adolescente clémentine"
Chanson XII


Tant que vivray en aage florissant,
Je serviray Amour le Dieu puissant,
En faict, et dictz, en chansons, et accords.
Par plusieurs jours m'a tenu languissant,
Mais apres dueil m'a faict resjouyssant,
Car j'ay l'amour de la belle au gent corps.
Son alliance
Est ma fiance:
Son cueur est mien,
Mon cueur est sien:
Fy de tristesse,
Vive lyesse,
Puis qu'en Amours a tant de bien.
Quand je la veulx servir, et honnorer,
Quand par escriptz veulx son nom decorer,
Quand je la voy, et visite souvent,
Les envieulx n'en font que murmurer,
Mais nostre Amour n'en sçauroit moins durer:
Aultant ou plus en emporte le vent.
Maulgré envie
Toute ma vie
Je l'aymeray,
Et chanteray:
C'est la premiere,
C'est la derniere,
Que j'ay servie, et serviray.



La version chantée de la partition n'est pas complète (il manque la moitié du poème) et ne reprend pas le sens du texte original.
En effet Marot écrit "Je servirais "Amour, le Dieu puissant" et non "Je servirais d'amour, le roi puissant".

Nous sommes en pleine Renaissance où presque tous les symboles allégoriques sont liés aux mythes de l'antiquité avec la découverte et l'étude des textes grecs et romains. Ainsi donc "Amour" n'est autre que Cupidon, l'archer volant, qui décoche des flèches dans les coeurs des amants. C'est donc bel et bien pour Cupidon, le fils de Vénus, que le poète troquerait sa plume contre un habit de serviteur éperdu afin de gagner la cause de l'ailé divin pour aider son propre coeur.

Le roi puissant  - texte de la partition - est supposé être le Dieu chrétien, ce roi des Cieux qui accorde la miséricorde, la compassion et vante l'amour du prochain avec la promesse d'un monde meilleur au delà des Ténèbres. Sans doute est-ce une récupération chrétienne afin de gommer la paganité du poème. Cupidon et son grec de frère Eros sont autrement plus utiles pour raviver les émois du coeur et enflammer la passion des sens!

Amusez-vous à lire le poème de Marot en vieux françois et vous verrez qu'il n'est pas utile de le traduire en langue moderne car mis à part - peut-être - "dueil" pour "deuil",  "escriptz" pour "écrits" et "maulgré" pour "malgré", le poème garde toute sa lisibilité.










05/02/2009
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 83 autres membres