Chorale ZAP' L D'AIR

Chorale ZAP' L D'AIR

Quelques artistes oubliés ...


Quelques artistes oubliés

Ils sont quatre et pour beaucoup ils n'ont pas marqué la mémoire collective - surtout celle des jeunes - tandis que pour d'autres ils sont un souvenir de la chanson française qui mérite d'être retrouvé. Ces artistes n'ont pas fait une carrière médiatisée comme certaines vedettes de leur génération soit par goût personnel et artistique soit parce-que le destin s'en est mêlé. Pourtant ils ont compté en leur temps. Aujourd'hui il reprennent vie à l'occasion d'une programmation radio "rétro" ou d'un festival de scopitones d'une époque révolue sur une chaîne TV du câble dédiée à la chanson française "Melody". Regardons les, écoutons-les et souvenons-nous de leur talent trop vite oublié.



Pia Colombo

Pia Colombo, de son vrai nom Éliane Colombo, est née en 1930 à Homblières (Aisne) et décédée le 16 avril 1986. Elle commence par chanter des œuvres de Maurice Fanon rencontré en 1956 et qu'elle épouse quelques années plus tard. Elle crée ensuite "Julie la Rousse" de René-Louis Lafforgue et reprend "Le Métèque" de Georges Moustaki. Elle fait du théâtre dans les années 1960 et sort en 1975 un album de chansons inédites de Léo Ferré qui lui demande d'être son porte-paroles car il est contraint au silence par sa maison de disques. Luttant contre un cancer qui l'emportera, elle jouera, entre 1979 et 1981, un spectacle écrit par son mari, Requiem autour d'un temps présent, qui retrace sa carrière de chanteuse. Pia Colombo était une chanteuse "engagée" dans la révolte et la colère pour dénoncer les maux du siècles. Elle a chanté des chants politiques ouvertement communistes dans sa jeunesse - dépassés peut-être aujourd'hui - et reprendra les chansons de Brecht jusqu'à la toute fin de sa vie. Pia Colombo est une voix populaire de la même fibre qu'Edith Piaf mais ses textes l'ont porté vers un public plus intellectuel dont la sensibilité politique était clairement affirmée et qui l'ont peut-être écarté du grand public. Jamais elle n'usa de pathos ni de vérisme dans son interprétation mais au contraire elle chantait pour témoigner, avec le recul nécessaire et toujours humain pour raconter une histoire brute et sans ambiguïté comme un acteur de théâtre jouerait la tragédie.



René-Louis Lafforgues

René-Louis Lafforgue est né le 13 mars 1928 à Saint-Sébastien en Espagne et est décédé le 3 juin 1967 à Albi. C'est un auteur, compositeur et chanteur? C'est le père de la célèbre chanson "Julie la Rousse" (1956), reprise par beaucoup d'artistes, des "Poseurs de rails", de la "Valse est là" etc ....
Son univers poétique et gouailleur en fait un personnage attendrissant qui déambule dans un monde à la Doisneau. Lafforgue est un faune mi-Brassens mi-Bobby Lapointe. Funambule du verbe sur le goudron de Paname, il est mort jeune sans avoir eu le temps de se faire désirer mais "Julie la rousse" a réussi l'exploit de ne pas le faire oublier totalement.

 

Yvette Baheux alias Betty Mars naît le 30 juillet 1944 à Paris. Dernière d'une famille de dix enfants elle dirige son apprentissage artistique tous azimut (danse, théâtre, cirque).  1960, Betty Mars remplace une danseuse malade lors d'un concert puis quelques mois plus tard c'est elle qui mène la revue pendant 3 ans. Les revues l'emmènent jusqu'au Brésil et à Las Vegas mais Jean-Marie Rivière de l'Alcazar repère sa grande beauté et lui propose de tenir le rôle de  Marylin Monroe sur la bande sonore de la chanson "Diamonds are the girls best friends". C'est aussi à l'Alcazar que Frédéric Botton la découvre. Il est l'auteur compositeur recherché d'artistes comme Régine, Catherine Sauvage, Patachou, Philippe Clay, Juliette Gréco, Magali Noël, Georgette Lemaire, Zizi Jeanmaire etc ... Botton propose une chanson à Betty Mars: "Monsieur l'étranger" qu'elle enregistre en 1971.  C'est son premier succès. Au dos, une autre chanson de Botton : "Ça, c'était un homme". En février 1972, Betty est à l'affiche de Bobino en vedette anglaise de Thierry Le Luron. Le 25 mars 1972, accompagnée par le chef d'orchestre Franck Pourcel, elle représente la France à l'Eurovision avec "Come comédie", une chanson de F. Botton. Elle est alors classée 11ème sur 18 mais "Come comédie" sera un succès, dans la foulée elle reçoit le Grand Prix du Disque de l'Académie Charles-Cros, dans la catégorie premier disque. Février 1974, elle chante à Bobino. Cette même année elle double la voix de la comédienne principale dans le rôle de Piaf à ses débuts dans le film "Piaf" de Guy Casaril. Cette expérience lui donne envie de créer un spectacle entier sur Édith Piaf. Toujours en 1974 on lui donne l'occasion de jouer dans un film de Michel Audiard "Bons baiser ...à lundi" où elle a le rôle d'Esmeralda. Elle fait également partie de la distribution pour le film "Si c'était à refaire" de Lelouch en 1976. Dans les années 80, Betty Mars est dépassée. mais elle continue de chanter  à l'Orée du Bois ou sur Radio Montmartre. Dépressive et lasse de vivre, Betty Mars s'est suicidée en se jetant par la fenêtre de son appartement le 15 février 1989, il y a maintenant 20 ans.



Jean-Claude Pascal

Jean-Claude Pascal est né Jean-Claude Villeminot le 24 octobre 1927 à Paris et est décédé le 5 mai 1992 à Clichy la Garenne. Issu d'une famille d'industriels du textile, Jean-Claude Villeminot commence sa carrière professionnelle, juste après la Seconde Guerre mondiale, comme styliste d'abord chez Hermès, puis pour le couturier Christian Dior chez qui il devient aussi modèle grâce à son physique de jeune premier. Ensuite il met ses talents de styliste au service du théâtre, en dessinant des costumes. Il prend des cours de théâtre et se fait remarquer. Jean-Claude Pascal passe sur les planches grâce à Edwige Feuillère. Il débute une carrière au cinéma dans le registre du jeune premier des années 50. Grand, élancé, le regard ténébreux et doté d'une solide formation classique de comédien de théâtre, Jean-Claude Pascal est le séducteur romantique du cinéma de cette époque qui a tenu entre ses bras des femmes comme Martine Carol, Brigitte Bardot et Michèle Mercier entre autres! Sa filmographie recouvre des longs métrages tels que "Le grand jeu", "Le salaire du péché", "Les mauvaises rencontres"," La belle et l'empereur" et "Angélique et le sultan" etc... Jean-Claude Pascal est aussi un chanteur , sa voix grave - à la diction irréprochable -  le rapproche beaucoup des crooners américains en vogue à l'époque. Il a enregistré beaucoup de succès populaires et de reprises étrangères en version française mais il a aussi été l'un des premiers à chanter les textes de Gainsbourg ou de Béart. En 1961, il remporte le Grand Prix de l'Eurovision, pour le Luxembourg avec le titre "Nous les amoureux". Il représentera à nouveau ce pays au concours de l'Eurovision vingt ans plus tard, en 1981, avec la chanson "C'est peut-être pas l'Amérique". Dans les années 80 Jean-Claude Pascal est le chirurgien dans le feuilleton TV "Le chirurgien de St Chad" aux côtés de Leslie Caron. Oublié des médias, il se retire chez lui où il entame une carrière d'écrivain avec une biographie remarquée de Marie Stuart et son autobiographie (disponible à la médiathèque Jean Cocteau).


 


25/02/2009
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 82 autres membres