Chorale ZAP' L D'AIR

Chorale ZAP' L D'AIR

Le coin livre: l'histoire des castrats, Farinelli et Moreschi







Histoire des castrats
Patrick Barbier
Editions Grasset et Faquelles
260 pages - 1994


Patrick Barbier a dépouillé quelques unes des archives des quatre conservatoires de Naples où l'on "créait" les castrats.
L'étude se répartit en 10 chapitres; depuis la Castration au Crépuscule des anges. Les personnages étudiés, illustres ou non, sont révélés sous des jours nouveaux et parfois cocasses. La vie quotidienne des castrats, pour certains extraordinaire et luxueuse mais souvent misérable pour la majorité, donne lieu à une peinture de moeurs unique et sans précédent; pour le plaisir de la musique et du chant l'Homme a volontairement mutilé dans la douleur nombre de ses enfants. Peu accèderont au statut de demi-dieu et peu auront la chance de vivre heureux.


Du même auteur et dans le même registre:

Farinelli, le castrat des Lumières
Editions Grasset et Faquelles
260 pages - 1994

Cette biographie retrace la vie extraordinaire du plus grand des castrats. Richissime et adulé par tous comme un dieu et se comportant comme tel, les musiciens ont créé des opéras pour sa voix hors norme et sa personnalité fantasque.
Le roi d'Espagne ne voyait que par lui pour le guérir en chantant.
On beaucoup de mal a imaginer aujourd'hui une telle voix mi-femme mi-enfant, virtuose dans des acrobaties musicales avec une émission d'air interminable, emprisonnée dans un corps d'homme (glabre) à la cage thoracique exagérément enflée.
On a récemment tenté de rendre compte d'un tel phénomène
avec le film: "Farinelli" de Corbiau - où la voix malheureusement trafiquée du protagoniste n'est qu'une appréciation subjective du cinéaste -  mais ce livre vaut bien plus car l'étude du personnage dépasse sa légende.




Bonus

Si vous voulez prolonger ce voyage au pays des castrats il vous reste à écouter le seul témoignage audio de l'un des derniers castrats:
Alessandro Moreschi.

Ce CD est disponible à la vente et
à la Médiathèque Jean Cocteau de Massy
(section classique / interprète)



Au début du 20° siècle, Moreschi a réalisé 18 enregistrements avec le concours de pionniers du son américains travaillant pour la compagnie Gramophone. Ajoutons que l'instrument utilisé par Alessandro Moreschi pour enregistrer ses cylindres est un « graphophone » produit au début du siècle par une société américaine basée à Washington. L'appellation « gramophone » utilisée par Moreschi est un abus de langage commun à l'époque.

La voix de Moreschi est sans doute un pâle reflet de celle d'un Farinelli car outre le fait que les rouleaux déforment le son, Moreschi était déjà âgé. Néanmoins cette voix demeure surnaturelle et sans références connues.





Alessandro Moreschi

Le Professeur Alessandro Moreschi, comme il aimait à se faire appeler, ou l'«Ange de Rome», comme les Romains l'avaient surnommé, est le dernier castrat du monde occidental. Castré vers 1865 (par accident ou raison musicale, nous n'en savons rien), il a suivi l'enseignement d'une école musicale. Après avoir été remarqué par un professeur de chant il intègre le choeur de la Chapelle Sixtine où  sa voix pure et agile le fait se détacher de ses semblables. À la demande du Pape il est nommé soliste.
Plus tard il devient directeur de la Chapelle et enseigne le chant .
Il continue d'émerveiller le public avec un franc succès dans les salons privés du tout Rome.
Il s'est aussi produit en France, et a été honoré par la famille royale italienne qui lui a demandé de chanter comme soliste au Panthéon romain pour les obsèques de deux de ses rois.

 Avec l'aide d'un ami allemand, Moreschi eut l'idée de monter un répertoire baroque composé d'arias virtuoses de Farinelli mais le projet prit fin à l'annonce de la guerre et certainement à cause du manque d'intérêt du public de l'époque pour la musique baroque. Plus personne n'entend parler de lui après 1914, c'est-à-dire dès qu'il eut terminé ces enregistrements et envoyé son colis en France.
Alessandro Moreschi s'est progressivement retiré du monde et meurt à Rome en 1922 d'une pneumonie à 56 ans.

S'il s'est effacé aussi complètement de toute vie publique, c'est, comme il le dit lui-même, qu'il avait honte d'une condition dont il n'était pas responsable, mais dont la société — fasciste à l'époque, il est vrai — n'avait plus que faire. Moreschi fut donc discrètement enterré au cimetière de Verrano, à Rome.


 Alessandro Moreschi (à gauche) et
ses collègues chanteurs de la Chapelle Sixtine.




 
N'hésitez pas à faire savoir si ce thème vous a plu.
Il pourra être complété avec des références audio d'oeuvres musicales
pour voix de sopraniste, d'enfant ou de contre ténor.


      



28/08/2006
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 83 autres membres