Chorale ZAP' L D'AIR

Chorale ZAP' L D'AIR

Le cantique de Jean Racine

Le Cantique de Jean Racine

Musique de Gabriel Fauré

 

Gabriel Fauré

1845-1924

 

Gabriel Fauré est né le 12 mai 1845 à Pamiers dans l’Ariège.

Son père, Toussaint-Honoré Fauré (1810-1885) et sa mère Marie-Antoinette-Hélène Lalène-Laprade (1809-1887), donnèrent naissance à 6 enfants dont Gabriel Fauré. Quatre ans plus tard Fauré père est nommé directeur de l’École normale de Montgauzy, aux alentours de Foix. Gabriel se met à jouer sur l’harmonium de la chapelle proche de l’école sur les conseils avisés d’une vieille dame non voyante. En 1854 il arrive à Paris avec une bourse en poche pour intégrer l’École Niedmeyer, une école de musique classique et religieuse. Il y suit de nombreux cours qui le spécialisent dans l’harmonie, le contrepoint, la composition, le piano et l’orgue. Plusieurs prix de piano et de composition lui sont décernés. et le 28 juillet 1865 il remporte le 1° prix de composition avec Le Cantique de Jean Racine qu'il a composé un an auparavant à l'âge de 19 ans.


Cliquez sur le bougeoir pour télécharger le texte illustré de l'oeuvre

       

Gabriel Fauré en 1864, à 19 ans

 

Il obtient sa première charge d’organiste à Rennes, à la basilique Saint Sauveur où il officiera pendant 4 ans. En 1868 Fauré joue la partition d’harmonium de l’opéra Faust de Gounod au Grand Théâtre de Rennes. À partir de 1870 il est organiste à l'église Notre-Dame-de-Clignancourt de Paris mais la guerre franco-prussienne éclate. La conscience politique et patriote de Fauré le pousse à s’enrôler dans la Garde Impériale et à se battre dans les environs de Paris. En février 1871 Fauré ajoute son nom à un grand nombre de compositeurs et de musiciens français qui ont créé la Société Nationale de Musique. Il obtient la charge de l'orgue du chœur de l'église Saint-Sulpice où le grand organiste et compositeur Widor tient le grand orgue. Fauré prend l’habitude de fréquenter le salon du compositeur Saint-Saëns où il se frotte au monde musical de Paris puis chez la chanteuse Pauline Viardot (soeur de la Malibran) où il fait la connaissance de certains fondateurs de la Société Nationale de Musique: Renan, Gounod, Sand ou Flaubert. En 1874,  il est élu Secrétaire de la Société Nationale de Musique. Décembre 1877, Fauré rencontre Liszt à Weimar qui juge sa Ballade pour piano trop difficile à jouer et le retrouve en 1882. Il se marie le 27 mars 1883 avec Marie Frémiet, la fille d'un sculpteur à la mode et ont deux fils: Emmanuel (1883-1971) et Philippe (1889-1954). Fauré vit très diffcilement de sa musique, dont les droits appartiennent à son éditeur, et de sa charge d’organiste à la Madeleine. En 1888 il y présente des impressions de son Requiem, puis en janvier 1893 lors d'une cérémonie funèbre il donne une première mouture. En octobre de la même année, lors des obsèques de Gounod, il rejoue son Requiem avec la maîtrise qu’il dirige tandis que Saint Saëns est au grand orgue. Mais en 1896 c’est Fauré qui occupe le grand orgue de la Madeleine pour les obsèques de Verlaine. C’est cette même année qu’il est nommé pour la classe de composition du Conservatoire de Paris, succédant ainsi à Massenet. Ses élèves sont Ravel, Schmitt, Koechlin, Boulanger, Aubert, Enesco, Ladmirault ...

 

  

Gabriel Fauré avec ses élèves et seul au piano

 

Le 12 juillet 1898 il dirige son Requiem dans la version chœur et orchestre dans lecadre de l'Exposition Universelle. Août 1900, c'est la création de Prométhée, à Béziers, en plein-air devant 15.000 spectateurs. Fauré y rencontre la pianiste Marguerite Hasselmans qui sera sa compagne jusqu'à la fin de sa vie. Entre 1903 et 1921 il écrit des critiques musicales dans le Figaro. Il est fait Officier de Légion d’Honneur en 1903 et enregistre quelques oeuvres pendant 10 pour une série de rouleaux sonores encore conservés. En 1905, il est nommé Directeur du Conservatoire de Musique de Paris. Ses réformes et sa rigueur lui valent le surnom de “Robespierre”. Son oeuvre orchestrale Pénélope est donnée en première à Paris le 10 mai 1913 au Théâtre des Champs-Élysées mais ce dernier fait faillite et interrompt les représentations. La guerre de 1914 approche et donne un coup d’arrêt momentané  à la vie culturelle française. En 1917 Fauré est élu Président de la Société Nationale de Musique et promu Grand officier de la Légion d'honneur puis en 1923 il reçoit la Grande croix de la Légion d'honneur. Gabriel Fauré s’éteint à Paris le 24 novembre 1924.

 

Gabriel Fauré a construit une oeuvre musicale personnelle beaucoup plus axée sur la mélodie et l'harmonie que sur une recherche d'orchestration. Ainsi Fauré est l'un des plus grands mélodiste français avec la création de plusieurs cycles qui leur sont dédiés. 

Le cantique de Jean Racine

 

Le cantique de Jean Racine (Opus 11) a été composé en 1864 par Gabriel Fauré à l’âge de 19 ans. C’est une oeuvre vocale pour chœur (soprano, alto, ténor et basse), quintette à cordes et harpe. Il existe une version pour piano et une autre pour orgue.

 

Le texte du cantique est du grand dramaturge classique Jean Racine (1639-1699) qui est lui-même une interprétation de l'hymne médiéval “Consors paterni luminis” attribué à Saint Ambroise. Jean Racine adhérait au jansénisme, un courant catholique politico-religieux des 17° et 18° siècle, dont l’influence est très perceptible dans le texte. Ainsi la paternité divine n’est pas clairement dite alors que l’hymne original la cite par deux fois. Ce dernier appelle vigoureusement le fidèle à prier pendant la nuit afin de lutter contre le sommeil qui apparaît comme un refuge pour la dépression spirituelle alors que Jean Racine la considère plutôt comme le poids du péché. La lumière “lumen” (rappel du Credo) de la première strophe latine devient le jour éternel pour Racine.

 

Les grandes idées du jansénisme.

L’homme est perdu suite au péché originel et sa nature profonde le pousse naturellement vers le mal. Seuls quelques élus recevront la grâce divine au prix exigeant d'une foi inaltérable et d'un ascétisme très rigoureux de tous les jours tournés entièrement vers le combat contre le mal. Seule une contrition parfaite leur vaudra l’absolution. Il n’existe pas un seul jansénisme mais plusieurs mouvements soumis à diverses influences.

  Vidéos 

 

1/ Le cantique de Jean Racine: Ensemble Accentus.

2/ Le cantique de Jean Racine: La maîtrise de Nîmes et l'Orchestre de Nîmes.

3/ Requiem: Ensemble Accentus, promotion du disque du Requiem de Fauré.

4/ Pavane, op 50: Gabriel Fauré au piano, gravure sur rouleau.

5/ Sicilienne, op 78: Oeuvre pour flûte traversière, harpe et orchestre.

6/ Après un rêve: chanson sur un poème de Romain Bussine par  Régine Crespin.

 

 

 

 

 

 

 



27/10/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 80 autres membres