Chorale ZAP' L D'AIR

Chorale ZAP' L D'AIR

Histoire d'une chanson: "Just a gigolo / C'est mon gigolo"


"Just a Gigolo"
"C'est mon gigolo"

Casucci - Brammer / 1929



Encore une chanson qui a fait le tour du monde!
Ni drame ni tragédie autour de sa composition, tout au plus un témoignage sociologique et cynique sur une époque difficile, mais déjà en marche, en ce qui concerne les paroles originales et les versions étrangères. Les paroles françaises conservent cette dimension sociale mais elle nous mènent tout droit sur le chemin d'une femme célébrée en son temps pour son corps, sa volupté et sa gouaille, une parisienne des arts et de la bohême, une reine comme on n'en fait plus avec en prime un surnom improbable mais dorénavant écrit en lettres d'or:
Kiki de Montparnasse
.



L'origine de la chanson

Il était une fois un tango austro-italien intitulé "Schöner Gigolo, armer Gigolo" composé en Autriche, à Vienne exactement, en 1929. La musique est l'oeuvre du musicien Leonello Casucci et les paroles sont du librettiste autrichien Julius Brammer. La chanson fut publié en Autriche et en Italie simultanément où elle est chantée pour la première fois en 1930 par Daniele Serra. Très vite la chanson s'étend à l'Allemagne puis à la France où elle est interprétée par Damia, Berthe Sylva, Germaine Lix et d'autres par la suite, sous le titre "C'est mon gigolo", que les paroles d'André Mauprey remisent dans le répertoire des chansons réalistes. C'est en 1932 que ce "tube" européen arrive aux États-Unis grâce à une actrice et chanteuse française; Irène Bordoni. Elle interprète la chanson dans un dessin animé de Max Fleischer qui met en image la fameuse Betty Boop! Le titre anglais sera "Just a gigolo". Passent la 2° guerre mondiale, la mode du tango et les chansons réalistes ... En 1956, un américain du nom de Louis Prima reprend "Just a gigolo"avec l'ajout d'un morceau composé en 1915, "Ain't nobody". Le tout est assaisonné de swing. Le succès immédiat est international. Désormais beaucoup de monde croit encore que Louis Prima est le créateur de "Just a gigolo" et que l'association des 2 chansons n'en font qu'une. Oublié le tango des années folles!




Le scénario de la chanson

Pour l'Autriche, l'Allemagne et l'Italie les paroles de la chanson évoquent tantôt l'histoire d'un officier de hussard après la défaite autrichienne en 1918 tantôt celle d'un officier du tsar au caractère ombrageux après la révolution bolchévique. Tous deux essaient de survivre comme taxi-boy ou gigolo auprès de femmes très fortunées. Gigolo est une profession masculine qui prend de l'ampleur dans les années 30, elle attire les hommes éduqués comme les anciens officiers, les jeunes bourgeois et les petits escrocs "à la Stavisky". Connaître les danses à la mode, se vêtir avec élégance, être disponible et aimable en toutes circonstances sont le sésame auprès des femmes oisives et richissimes. L'argent gagné facilement en cette période de crise financière mondiale compense l'ennui et une certaine soumission à la gent féminne.
L'adaptation anglaise est un constat d'échec de la vie par un gigolo lui même qui sait qu'on le montre du doigt et que sa jeunesse s'enfuit.
Quant aux paroles françaises elles sont liées à la période artistique de l'entre-deux guerre dans le quartier Montparnasse à Paris. Comme pour "Sombre dimanche" les paroles françaises optent pour une version chantée féminine qui brosse le portrait d'un modèle pour les artistes (et comment ne pas penser à la superbe Kiki de Montparnasse !). Cette "poseuse" d'atelier complètement mordue pour son petit gigolo est abandonnée par lui brusquement. Malgré une rupture douloureuse elle espère toujours le retrouver dans ses bras. Son gigolo poursuit son destin auprès des femmes, celles qu'il a peut-être rencontrées non loin, dans les célèbres cafés "La Coupole" ou "Le Dôme", les hauts lieux de la danse tarifée et plus si affinités




Paroles françaises

A Montparnasse j'exerce mon industrie
Je suis modèle faut bien gagner sa vie
Montrer son corps ça ne veut pas dire qu'on le donne
Jusqu'à présent il n'était à personne
Mais le printemps grise à mon tour je fus prise
Et cette fois j'connus les plus doux émois
Ce n'est qu'un homme dites-vous
Mais je l'aime alors ça change tout

Refrain:
C'est mon gigolo
Ce p'tit gars palot
Avec ses yeux pleins de flammes
M'aime t'y ? j'en sais rien
Mais il m'prend si bien
Qu'à lui je suis corps et âme
Il n'est pas costaud
Mais il est si beau
Qu'il plaît à toutes les femmes
Et je m'dis bien des fois
Je voudrais l'avoir seul pour moi
Je l'aime trop mon gigolo

Les rêves passent c'est pour ça que c'est des rêves
Il est parti, notre idylle fut trop brève
J'ai voulu m'tuer et puis folle de l'outrage
Sur l'infidèle j'allais passer ma rage
Dans ma détresse j'ai retrouvé ses caresses
Et j'ai pensé j'ne pourrais plus m'en passer
Qu'il me revienne seulement
Je l'r'prendrai disant simplement
Refrain



    

       
Cliquez sur les images pour écouter les versions de Berthe Sylva, Damia,
Lucienne Delyle, Annie Fratellini et Victoria Abril.



Vidéos


1/ "Daniele Serra" est le chanteur créateur de la chanson pour l'Italie.

2/ "Irène Bordoni" est une chanteuse et actrice française qui a fait carrière aux Etats-Unis dans les années 30 et 40. C'est elle qui ramena cette chanson d'Europe.
3/ "Bing Crosby" était le crooner américain des années 30 à 50, un peu avant qu'un certain Sinatra lui fasse de l'ombre définitivement.
4/ "Louis Prima" et sa femme Kelly, un duo très célèbre dans les années 50. Il a repris la chanson sur un rythme swing avec l'ajout d'une chanson "Ain't nobody".
5/ "Lou Bega" eut son heure de gloire "Mambo", un gros succès qu'il essaya de retrouver en réinterprétant la chanson sur une tonalité beaucoup plus moderne.
6/ "Jake Gyllenhaal" est l'un des 2 cow-boys de "Brokeback Mountain".
7/ "Quintessence" est un groupe vocal masculin humoristique.
8/ L' "Orphéon célesta" est un trio qui fait dans la reprise comique.




Le modèle idéal de la chanson



*Kiki de Montparnasse*

kiki de Monparnasse est née Alice Ernestine Prin le 2 octobre 1901, en Côte d'or, à Châtillon sur Seine. Elle s'est éteinte à Paris le 23 mars 1959. Elevée par sa grand-mère dans le plus grand dénuement elle quitte son village à 12 ans pour rejoindre sa mère, Marie, qui travaille à Paris. L'année de ses 13 ans Kiki est retirée de l'école pour travailler comme apprentie. Elle exercera une multitude de petits boulots comme fleuriste, laveuse de bouteilles consignées chez Félix Potin, dévisseuse d'ailes d'avion ... Révoltée par les mauvais traitements, elle est renvoyée de sa place de bonne par sa patrone, une boulangère. Sans le sou elle essaie de gagner sa vie en posant nue pour un sculpteur. La mère de Kiki ne supporte de voir sa fille faire le modèle et l'expulse violemment de chez elle en plein hiver. C'est le peintre Soutine qui la recueille. En 1919 Kiki emménage avec Maurice Mendjizki, un peintre juif polonais plus âgé.


           Mandel                       Mendjizki                         Mandel
1° portrait connu de Kiki

C'est la période où elle pose pour quelques sous seulement, pour des peintres, des sculpteurs ou des photographes encore inconnus comme Modigliani, Foujita, kisling, Calder etc ...

 
           Man Ray                        Kisling                        Krohg

 
               Gargallo                     Calder                      Foujita


C'est à cette époque qu'elle fixe définitivement son image avec sa coupe à la garçonne, ses yeux maquillés de noir et son nouveau "blase": Kiki.

Le photographe américain Man Ray devient son amant en 1921 et la trouve physiquement "irréprochable". Elle devient son modèle favori.

  
Man Ray

C'est au cours de cette période artistique foisonnante que Man Ray lui fait connaître les Dadas et les surréalistes. Quelques années plus tard, en 1929, Kiki est la maîtresse d'un journaliste, Henri Broca, dont le magazine "Paris-Montparnasse" fait paraître les premiers chapitres du livre de souvenirs que Kiki aurait voulu publier aux États Unis par le biais d'un journaliste américain. Mais les autorités douanières refusèrent son introduction aux Etats-Unis jugeant les propos du livre beaucoup trop "scabreux". Reconnue dans son quartier pour sa personnalité, Kiki est élue la même année Reine de Montparnasse. Malgré cela elle doit doit gagner de l'argent pour payer les frais médicaux et l'internement de sa mère et d'Henri Broca qui ont tous deux sombré dans la folie. Elle fait alors le tour des boîtes de nuit où elle chante et danse.

 
        
Cliquez sur les photos pour entendre 2 témoignages radiophoniques
sur Kiki de Montparnasse

"La Rotonde" est le café QG de Kiki où elle a pris l'habitude de boire. S'ajoute à l'alcool la dépendance à la drogue. Son corps épaissit au point d'avoir un postérieur qui ressemble à "un 3 mât toutes voiles dehors" selon le peintre norvégien Per Krohg qui continue de la peindre.
 
Kiki était une vraie nature au franc-parler, doublée d'une gouaille des faubourgs avec le "r" qui roule et des réparties parfois salées. Elle créait sa propre mode avec un bout de tissu, ou bien elle découpait deux robes offertes de chez Paquin pour les assembler à sa façon. Son maquillage élaboré lui donnait des airs de portrait surréaliste. Ainsi parfois ses yeux pouvaient être entourés d'un triangle de kohl parce-que ses boucles d'oreilles étaient triangulaires.


Brassaï

En 1936 Kiki ouvre son cabaret l' "Oasis" rebaptisé "Chez Kiki où son nouvel amant, André Laroque, jouait du piano et de l'accordéon. Il la fit décrocher de la drogue et entreprit de taper à la machines les mémoires de Kiki. Mais il faudra attendre 65 ans pour les voir publier (disponibles en librairie).

 
Cliquez sur les photos de Brassaï pour entendre chanter Kiki
                   La Complainte de Mandrin     et        Là-haut sur la butte

Kiki s'est éteinte à Paris en 1959. Elle a été inhumée dans le cimetière de Thiais où sa tombe a été relevée en 1974. On dit que seul Foujita aurait assisté à ses obsèques.



Kiki de Montparnasse était le modèle des artistes de Montparnasse.
Elle dessinait agréablement et chantait fort bien le répertoire des chansons réalistes, traditionnelles et de marins qu'elle grava sur un disque (voir plus haut).


        Dessins de Kiki:  Kiki & Man Ray       et          Cocteau

Il nous reste des films de Man Ray dont celui qu'il a réalisé avec le peintre Fernand Léger, "Ballet Mécanique" de 1924, où la belle Kiki apparaît dans toute sa splendeur nimbée du surréalisme de l'époque.

Extrait du "Ballet Mécanique" de Man Ray et Fernand Léger (1924)


16/06/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 80 autres membres