Chorale ZAP' L D'AIR

Chorale ZAP' L D'AIR

Gypsy Laddie



GYPSY LADDIE



Cette chanson est basée sur un air traditionnel écossais dont les premiers textes imprimés remontent à 1720.

Inspiration d'après un fait réel

Lié à l'expulsion des gitans par l'Ecosse en 1541 et en 1609, ce fait réel se passe en 1624: Johnny Faa - nom-titre pour un membre important de la communauté gitane - et sept autres hommes furent condamnés à être pendus, ainsi que Helen Faa et dix femmes promises à la noyade. La peine de celles-ci ne fut jamais exécutée.

Une histoire

Vers 1788 la chanson fut associée à un personnage: John, sixième comte de Cassilis et sa première femme, Lady Jean Hamilton. Avant son mariage avec le sinistre comte de Cassilis, Lady Jean Hamilton était passionnément amoureuse d'un certain Johhny Faa, de Dunbar. Quelques années plus tard et après la naissance de deux enfants, Lady Hamilton se laisse à nouveau séduire par Johnny Faa qui est revenu pour la chercher. Elle quitte aussitôt mari et enfants pour vivre sa passion gitane.


               
               Cliquer sur le couple bohémien             Cliquer sur le troubadour
              pour télécharger le texte illustré            pour télécharger les MP3

Le mari courroucé se met à la poursuite des amants et parvient à les arrêter avec sept autres chefs gitans (ce qui correspond à l'arrestation de Johnny et Helen Faa en 1624). Tous les hommes furent condamnés à être pendus. Lady Hamilton fut bannie et enfermée dans une tour spécialement édifiée pour elle où dit-on les effigies des huit gitans sont sculptés dans la pierre.

 

Rien ne prouve que cette histoire soit vraie d'autant que la correspondance intime entre les deux époux s'est révélée être très tendre. Mais il est intéressant de voir comment réalité historique et fiction se rejoignent pour créer le thème récurrent d'une chanson traditionnelle.

Le thème original de la chanson

La chanson raconte l'histoire d'un gitan qui séduit la fille d'un écuyer à qui il promet la richesse. Elle quitte son père et part avec lui. Quand l'écuyer revient chez lui son domestique lui raconte ce qui s'est passé. Il monte alors son meilleur cheval, blanc, et part longuement à la recherche de sa fille. Quand il la retrouve elle refuse de le suivre.

      


Les variantes

Les variantes sont très nombreuses. Les chansons initiales écossaises et anglaises sont parties à l'assaut des colonies comme les États-Unis et le Canada où elles ont résonné selon les moeurs du pays. La fuite de la femme demeure la constante, tantôt mariée ou tantôt fille de ... L'époux ou le père selle un cheval très souvent blanc et part à sa recherche. L'époux retrouve sa dame et lui rappelle qu'elle a quitté sa maison, leur(s) enfant(s), l'argent et la douce chaleur d'un lit aux draps de soie. Elle refuse toujours de le suivre préférant la compagnie du/des gitan(s) ou du bandit de grand chemin à la richesse du père ou du mari. Il arrive aussi que le gitan a trois, six ou sept frères. Ils sont toujours mis à mort par pendaison. Quant à la jeune femme elle est très souvent laissée à son triste sort de gitane errante, habillée de hardes, et dormant sur le sol froid et gelé pour rappeler le luxe et son lit d'autrefois perdus à jamais.

Quelques titres
des variantes

Black Jack Davy - Black Jack Davey - Black Jack David - Blackjack David - Clayton Boone - The Gypsy Davy - The Gypsy Rover - Johnny Faa - Davy Faa - The Raggle Taggle Gipsies - The Raggle Taggle Gypsies - The Wraggle Taggle Gypsy - The Lady and the Gypsy - Three Gypsies - Harrison Brady - Gypson Davy - Gypsy Davey - Black-Eyed Davy - Black Eyed Daisy - Black-eyed Gypsy - The Heartless Lady - Egyptian Davio - It Was Late in the Night - When Johnny Came Home - The Gypsy of Davy - The Dark-Clothed Gypsy - Seven Yeller Gypsies - Black Jack Baby

La version française

Cette version française n'a que très peu de rapport avec le canevas des chansons en langue anglaise. Ici c'est un prisonnier qui raconte à sa Dame sa mésaventure et celle de ses deux frères de Bohême, la Hongrie actuelle; ce qui ne signifie pas qu'il sont tziganes. Le personnage qui poursuit les trois fuyards est un roi dit jaloux, ce qui suppose que sa femme ou sa fille a été séduite. Le narrateur se lamente et pleure son pays avant de mourir avec ses frères sur l'échafaud.

Cette version assez courte reprend le style, la complainte, et les thèmes des chansons traditionnelles françaises comme celui du prisonnier condamné par l'autorité royale (Les prisons de Nantes ou Mandrin), l'amour contrarié ou le roi despote (La fille au roi Louis, Le roi a fait battre tambour...).
 

Vidéos



31/03/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 80 autres membres