Chorale ZAP' L D'AIR

Chorale ZAP' L D'AIR

Les Forains

 

* LES FORAINS *

 

 Composé par Henri Sauguet le ballet Les Forains a été créé en 1945 aux Théâtre des Champs Elysées. Dédié à Erik Satie, il est basé sur une histoire de Boris Kochno (secrétaire de Diaghilev) avec des costumes de Christian Bérard (peintre, décorateur et costumier de spectacle) sur la chorégraphie d'un tout jeune danseur: Roland Petit.

Le ballet fut un immense succès national et international.

 

Enregistrement sous la direction de Michel Plasson: Partie 1 du ballet.

L'Entrée des Forains est sans doute le passage musical le plus connu du ballet.

Il connaîtra par la suite une adaptation chantée (voir plus bas).

1- Prologue (1.16)
2- Entrée des Forains (4.37)
3- Exercices (3.36)
4- Parade (1.36)
5- Petite fille à la chaise (1.30)
6- Vision d'art (2.47)
7- Le clown (1.04)

 

 

 

 

 

Henri Sauguet est un compositeur français dont le véritable nom est Henri-Pierre Poupard, né à Bordeaux en mai 1901 et mort à Paris en juin 1989.

Tout jeune il est initié au piano par sa mère. Plus tard il apprend la maîtrise de l'orgue et occupe même le poste d'organiste de St Vincent de Floirac de 1916 à 1922. Dans ses mémoires  "La musique, ma vie" il déclare "L'orgue! Le rêve de ma jeune existence". Pendant la 1° guerre mondiale il reprend la mercerie de son père qui est parti au front. À son retour Henri Sauguet devient fonctionnaire à la Préfecture de Montauban tout en apprenant la composition musicale avec Joseph Canteloube qui devient un ami. L'influence musicale de Sauguet est très largement inspirée par Claude Debussy. De retour à Bordeaux Henri Sauguet fonde le "Groupe des Trois" (Sauguet, Emié, Lizotte) en référence au "Groupe des Six" (Auric, Durey, Poulenc, Honegger, Tailleferre, Milhaud) avec lequel il voudrait faire la promotion d'une musique affranchie de toutes réminiscences du passé. Le premier concert du "Groupe des Trois" date de 1920 avec au programme des oeuvres du "Groupe des Six" et d'Erik Satie et 2 pièces de Sauguet; la Danse nègre et la Pastorale pour piano.

1921 Sauguet s'installe à Paris et prend des cours auprès du grand Charles Koechlin. En 1923 il crée l'Ecole d'Arcueil avec 3 jeunes musiciens (Cliquet-Pleyel, Désormière, Jacob) intitulé ainsi par amitié pour Erik Satie qui vivait à Arcueil. En 1924 il écrit un ballet "Les roses" pour un mécène aristocrate français puis un opéra-Bouffe "Le plumet du colonel". Par la suite Sauguet compose pour le théâtre (Ondine, La Folle de Chaillot...) et poursuit sa lancée dans l'opéra-bouffe avec plusieurs oeuvres dont "Les caprices de Marianne" en 1954. Dans les années 30, 50 et 60 il travaille pour le cinéma, sans oublier la musique plus sérieuse avec notamment une Symphonie Expiatoire en mémoire aux victimes de la 2° Guerre Mondiale, des concertos pour piano, pour violon, de la musique de chambre etc...

Henri Sauguet est surtout associé à la musique de ballet. Très prolifique, il est l'auteur de 27 musiques de ballet dont La Chatte, La Nuit, La Dame aux Camélias et bien sûr les Forains. 

 

À l'apogée de sa carrière, la chanteuse Edith Piaf demanda à Henri Sauguet la permission de transformer en chanson le morceau de son ballet: l' "Entrée des Forains". Le compositeur accepte et l'aide pour l'arrangement musical tandis que le parolier Jean Dréjac écrit les paroles. La chanson paraît en 1955, soit 10 ans après la création du ballet,  et s'intitule "Le chemin des Forains".

 

 

Paroles de

"Le chemin des Forains"

 

Ils ont troué la nuit
D'un éclair de paillettes d'argent.
Ils vont tuer l'ennui
Pour un soir dans la tête des gens.
A danser sur un fil, à marcher sur les mains,
Ils vont faire des tours à se briser les reins,
Les forains...

Une musique en plein vent,
Un petit singe savant
Qui croque une noisette en rêvant
Sur l'épaule d'un vieux musicien
Qui, lui, ne rêve de rien.

Ils ont troué la nuit
D'un grand rire entremêlé de pleurs.
Ils ont tué l'ennui
Par l'écho de leur propre douleur.
Ils ont pris la monnaie dans le creux de leurs mains.
Ils ont plié bagages et repris leur chemin,
Les forains...

Leurs gestes d'enfants joyeux
Et leurs habits merveilleux,
Pour toujours, sont gravés dans les yeux
Des badauds d'un village endormi
Qui va rêver cette nuit...

Va rêver cette nuit
D'un éclair de paillettes d'argent
Qui vient tuer l'ennui,
Dans le cœur et la tête des gens,
Mais l'ombre se referme au détour du chemin
Et Dieu seul peut savoir où ils seront demain,
Les forains...
Qui s'en vont dans la nuit...




05/02/2013
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 79 autres membres