Chorale ZAP' L D'AIR

Chorale ZAP' L D'AIR

Et incarnatus est

 

 Pietà bavaroise - 14°s

 

ET INCARNATUS EST

 

 

Joan CEREROLS i  FORNELL

 

Né à Martorell (Catalogne) le 9 septembre 1618, Joan Cererols est reçu vers ses 8 ans à l’école de musique du monastère de Monserrat (près de Barcelone) et où il débute son noviciat 10 ans plus tard pour être moine bénédictin. Les influences musicales de sa jeunesse furent marquées par le madrigal italien et le chant des flamands de la chapelle royale, connus grâce à son maître, le père Joan Marc(h) ou Marques qui était un grand organiste. Avec l'accord de ce dernier Cererols entreprend un voyage en 1648 pour se rendre au couvent Monserrat de Madrid où il découvre alors toute une pléiade de musiciens de sa génération. À la mort de son maître, en 1658, il est nommé à sa place Maître de chapelle et organiste du monastère, charges exercées jusqu'à la fin de sa vie. Joan Cererols s'éteint à Monserrat le 27 août 1676.

 

              

   Monastère de Montserrat                                Partition de Cererols

        où repose Cererols

 


 

L'oeuvre musicale de Cererols est très importante car elle a considérablement renouvelé l'école de musique de Monserrat de Barcelone en ayant recours à la polychoralité (présente dans les premières oeuvres de la musique baroque) c'est à dire la réunion en polyphonie de plusieurs choeurs personnalisés (ref Larousse). Ses compositions sont souvent écrites pour 2 ou 3 choeurs distincts avec un style musical en contre-pointe très appuyé qui aboutissent à une rythmique très complexe. Cererols a écrit nombre de compositions religieuses; hymnes, psaumes, messes, requiems, magnificats, salve regina, miserere etc ... et des vilancicos qui sont des chants profanes (ou motets).

 

Quelques oeuvres:

La messe "Missa de batalla" pour 3 choeurs eut un grand succès en Europe. Elle célèbre la conquête du royaume de Naples par les espagnols. Le roi Charles II ordonna qu'on joue la messe dans tout le royaume et ses territoires pour rendre hommage aux soldats morts durant la bataille.
Le requiem dit "Missa pro defunctis" pour 7 voix fut composé alors que la peste ravageait la cité de Barcelone.

Le vilancico "Ay que dolor" dont le thème servit à JS Bach dans le choeur initial de la Passion selon St Matthieu.

 


  "Pietà de Michel Ange" - Photos de robert Hupka

 

              

 

              Texte illustré du chant                                   Partition du chant

 

 

" ET INCARNATUS EST "

 

Le Symbole de Nicée ou Credo est une profession de foi commune aux grandes confessions chrétiennes élaborée durant le Ier concile de Nicée en l'an 325 sous l'égide de l'empereur Constantin Ier.

Après avoir unifié l'Empire romain en 324, avec sa victoire sur Licinius à Andrinople, Constantin posa le pied sur ses terres d'Orient et découvrit alors des disparités au sein du christianisme, voire des hérésies comme celle d'Arius qui prenait de l'importance. C'est dans le but d'édifier une religion unie, dans la paix, qu'il convoqua tous les évêques pour décider d'une loi, la doxa (règle ou dogme), pour tous les chrétiens de l'empire. Le concile de Nicée représentait un large éventail de presque toutes les idées sur le christianisme de l'époque. Malgré cela Constantin réussit unanimement à créer une base commune de croyance entre chrétiens qui se résume à ce mot: "Credo", c'est à dire "je crois" en latin.

En début de texte, et parmi les autres règles fondamentales du Credo, il est rappelé la croyance en un seul Dieu Tout Puissant, le Père, en un seul Seigneur, Jésus-Christ, fils unique de Dieu, et engendré par Dieu sur Terre par l'Esprit Saint. Il est aussi précisé le caractère charnel de la maternité de Marie, associé clairement à sa virginité:

"...et incarnatus est de spiritu sancto
ex maria virgine, et homo factus est".
"Par l'Esprit-Saint, il a pris chair de la Vierge Marie,

et s'est fait homme"

 

 

"Vierge enceinte"

Cathédrale de Cordoue - Espagne

 

 

Videos

 

1: "Et Incarnatus est"

2 à 4: "Missa de Batalla"

5: "Ay que dolor"

6: "Serafin, que con dulce harmonia"

7: Photos de Robert Hupka (1964-1965) de la Pièta de Michel Ange

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



17/01/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 79 autres membres